L’autisme peut-il rendre les gens meilleurs au poker et au blackjack ?

L’autisme est un trouble très complexe, et les nouvelles recherchent nous permettent de la comprendre de mieux en mieux jour après jour. On trouve bien des exemples de personnes avec des aptitudes exceptionnelles, comme la possibilité de réaliser rapidement des équations complexes ou de savoir exactement combien il y a d’objets sur une surface étendue en un simple coup d’œil, mais on trouve également des personnes qui ne sont pas dotées de tels dons.

Avec Rain Man et d’autres films, livres et séries télévisées célèbres, nombreux sont ceux n’ayant jamais rencontré de personnes atteintes d’autisme dans leur vie, que ce soit au cours de leur vie privée ou professionnelle, pensent que ces dernières possèdent de très grandes aptitudes spéciales par rapport aux chiffres. En retour, on pense que ces capacités leur permettraient d’être d’excellents joueurs de blackjack et de poker.

Cependant, la plupart des experts pensent que les personnes atteintes d’autisme ne seront pas nécessaires meilleures à ces jeux, qu’ils jouent dans un casino terrestre ou dans un casino en ligne. Alors, qu’en est-il vraiment ?

Un trouble complexe aux multiples facettes

Les personnes étant spécialisées dans le domaine de l’autisme disent : « si vous avez rencontré une seule personne atteinte d’autisme… alors vous n’avez rencontré qu’un seul cas d’autisme ». Un grand nombre de facteurs influencent cette condition, et deux personnes atteintes d’autisme ne seront jamais identiques. Dans beaucoup de cas, la vie de ces personnes sera pleinement fonctionnelle, voire parfaitement normale. Pour d’autres, elles auront besoin d’être suivies dans une institution. Alors que certaines ne communiqueront absolument jamais verbalement.

Les aspects physiques de l’autisme ne sont pas très connus, mais les déficiences immunitaires et les problèmes gastro-intestinaux dont souffrent ces personnes font qu’elles sont souvent malades. De manière anecdotique, certains parents d’enfants autistes ont fait remarquer que lorsque la santé de ces derniers était au beau fixe, leur comportement en était que bien meilleur. De plus, si ces enfants tombent souvent malades, ils n’apprennent pas les compétences sociales, émotionnelles et mentales qu’ils devraient apprendre, au rythme où ils devraient les apprendre. Cela peut exacerber tous les problèmes développementaux dont ils souffrent déjà.

Parmi les caractéristiques qui pourraient définir l’autisme, les experts ne semblent pas contester une certaine préférence pour les habitudes et les schémas, un intérêt obsessionnel pour des sujets en particulier, certains déficits sociaux, des comportements répétitifs et des troubles du langage. Certaines de ces capacités seraient très utiles pour gagner une partie de cartes, alors que ce ne serait absolument pas le cas pour d’autres. Par exemple, le poker repose énormément sur la lecture des comportements des gens et sur l’interprétation de ce qu’ils disent. Les personnes atteintes d’autisme ont beaucoup de mal avec cela. Au final, tout se résume à la façon dont les forces d’une personne ont été développées, et à quel point elles ont appris à faire face à leurs faiblesses.

Tout cerveau est malléable

Les recherches fascinantes de Stanislas Dehaene et d’autres neuroscientifiques suggèrent que n’importe quel individu peut devenir un vrai génie, que ce soit pour se rappeler des nombres ou même pour effectuer des calculs. Le problème est qu’il est nécessaire de consacrer suffisamment de temps et d’énergie à une telle entreprise, afin que toutes les structures cérébrales devant se développer puissent le faire. Grâce à la faculté naturelle d’une personne autiste à se concentrer sur un sujet très étroit, cet effort devient beaucoup plus facile que pour des gens ne souffrant pas de ce trouble et qui doivent jongler entre un emploi, les enfants, une vie sociale et toutes les autres choses qui les intéressent. Pour ces personnes, c’est plus difficile. Cependant, le problème clé ici, c’est de comprendre que ce n’est pas impossible.

Les structures responsables des nombreuses et incroyables facultés à effectuer plus rapidement des calculs que ce que le cerveau humain moyen peut faire normalement ne sont pas encore bien comprises, mais la zone la plus susceptible d’être responsable est une région du cerveau appelée la voie d’action. Elle est responsable des actions physiques et des calculs, comme se déplacer automatiquement pour attraper une balle. Cela se passe tellement vite que nous n’en sommes même pas conscients. Avec suffisamment de pratique, cette zone commence à effectuer des calculs mathématiques tellement rapidement que les personnes ne sont même pas conscientes qu’elles les fassent. Il existe bien une étude où les résultats suggèrent que ce sont des schémas cérébraux uniques dont sont dotés les individus autistes qui les rendent meilleurs au traitement mathématique que les non-autistes.

Cependant, l’étude n’entre pas en désaccord avec l’idée de voie d’action, mais la théorie va plus loin et explique que si les personnes non-autistes avaient consacré autant de temps à développer leurs compétences en mathématiques que leurs pairs autistes, leur cerveau aurait pu être modelé de manière similaire. Vous pourriez développer vos propres prouesses, et même certaines qui pourraient vous aider au blackjack ou au poker. Cependant, vous devrez faire preuve d’une détermination résolue et d’une grande fascination pour le faire. Mais une fois que vous aurez atteint votre but, arrivez-vous à imaginer à quel point il sera agréable de jouer pour le reste de votre vie ?

Sources :

https://www.casino.org/blog/the-truth-about-playing-poker-and-blackjack-with-autism/

http://www.fullcontactpoker.com/poker-journal.php?subaction=showfull&id=1193229609&archive

https://www.anteupforautism.org/poker.html

https://www.psychologytoday.com/blog/the-superhuman-mind/201304/i-can-easily-beat-blackjack