Augmentation des activités criminelles sur les réseaux sociaux

La cybercriminalité frappe les réseaux sociaux

La cybercriminalité a toujours été source d’une certaine inquiétude pour ceux qui font des affaires en ligne. Avec les nombreuses histoires de cybercriminels soi-disant omniprésents en ligne, qui n’hésite pas un peu avant de faire une transaction en ligne ?

Mais malgré cela, d’une façon générale, le monde en ligne est en grande partie sous contrôle, avec de nombreuses transactions sécurisées effectuées chaque jour. Le logiciel de chiffrement extrêmement puissant utilisé pour les jeux de casino avec de l’argent réel, l’e-commerce et les services similaires signifie que les transactions peuvent être réalisées en ligne avec des risques d’usurpation d’identité ou d’ingérence de cybercriminels presque nuls. Seuls les utilisateurs négligents ou qui ne prennent pas les précautions nécessaires s’exposent à un véritable risque. Mais est-ce vraiment le cas ?

Des statistiques récentes montrent qu’il y a eu une augmentation très importante des activités criminelles sur les sites web de réseaux sociaux. À tel point que les réseaux sociaux pourraient être considérés comme une zone à risque en ligne non seulement à cause des activités criminelles mais aussi en raison du commerce des données confidentielles subtilisées par les criminels à ceux disposés à les acheter.

Les réseaux sociaux, un terrain de chasse

Les réseaux sociaux permettent de relier les gens comme jamais auparavant. Une personne pourrait avoir des amis aux quatre coins du monde et communiquer avec eux instantanément, ce qui n’avait jamais été possible jusqu’ici. C’est merveilleux pour de nombreuses raisons et on ne peut s’empêcher de saluer cette possibilité offerte par les réseaux sociaux de rendre le monde plus petit, de la meilleure façon possible.

Mais la mise en relation des individus partout dans le monde a une conséquence beaucoup moins agréable : ils s’exposent à des criminels à l’échelle mondiale. Il a été révélé récemment que les criminels utilisaient les réseaux sociaux pour s’attaquer à leurs victimes, avec un accès aux cibles potentielles plus facile que jamais. Et il ne s’agit pas simplement du vol d’informations confidentielles partagées en ligne par des utilisateurs imprudents. Des logiciels puissants et dangereux peuvent être partagés sur les réseaux sociaux et c’est ce qui constitue le risque le plus important.

Maliciels et autres programmes malveillants

L’infection d’un ordinateur par un logiciel malveillant peut entraîner des conséquences allant du léger désagrément aux préjudices importants. Ce qu’il y a de pire avec les logiciels de ce type est le fait qu’un individu peut être facilement trompé en étant incité à les installer. Un lien ayant l’air absolument inoffensif peut être partagé sur les réseaux sociaux. Cependant, en cliquant sur le lien, l’utilisateur sera redirigé vers un site web externe où un logiciel malveillant pourra être installé en seulement quelques secondes.

Les logiciels malveillants peuvent ne constituer qu’une nuisance limitée et ils sont souvent faciles à nettoyer. Les rançongiciels, en revanche, peuvent être extrêmement dangereux, en entraînant le chiffrement de l’ordinateur qui devient alors inutilisable. Il sera demandé à l’utilisateur de payer une rançon afin de récupérer le contrôle de son ordinateur. Une fois le rançongiciel installé, il n’existe aucune solution et les seules options envisageables sont le versement de la rançon ou le nettoyage de l’ordinateur avec la réinstallation du système d’exploitation. Lorsque des informations précieuses sont enregistrées sur l’ordinateur, elles seront très probablement perdues si la somme demandée n’est pas versée.

Comment les criminels agissent sur les réseaux sociaux

En raison de la nature ouverte des réseaux sociaux, les criminels disposent d’un accès aussi important que n’importe quel autre utilisateur. Il n’est alors pas surprenant que les activités criminelles aient augmenté. Bien sûr, les plates-formes de réseaux sociaux prennent des mesures pour assurer la sécurité de leurs utilisateurs. Tout du moins, elles mettent à la disposition des utilisateurs les outils permettant de contrôler leur propre sécurité.

Un criminel ne peut pas interagir avec l’utilisateur d’un réseau social sauf si cette personne lui a accordé un certain niveau d’accès. Les sites web tels que Facebook permettent aux utilisateurs de contrôler spécifiquement les personnes avec qui ils interagissent, afin d’éviter le contact avec des criminels ou le partage d’informations indésirables. Autrement dit, un criminel devra gagner la confiance d’un utilisateur de Facebook avant d’entreprendre une action malveillante ou de partager un lien malveillant.

Il est évident que les utilisateurs des réseaux sociaux doivent faire preuve de prudence et n’interagir qu’avec les personnes auxquelles ils font confiance. Il n’est pas recommandé d’accepter des demandes d’amis envoyées par des inconnus, bien que la plupart des utilisateurs en aient déjà conscience. Il est aussi fortement recommandé d’utiliser les paramètres de confidentialité de Facebook permettant de restreindre l’affichage du profil de l’utilisateur aux amis de confiance, et non pas au public. Il s’agit, bien sûr, du réglage par défaut pour tous les utilisateurs de Facebook.

Alors que les réseaux sociaux deviennent de plus en plus populaires, Facebook n’est pas la seule cible des cybercriminels ; Instagram, Twitter et d’autres plates-formes sont aussi exposées et les utilisateurs doivent toujours faire attention aux informations qu’ils partagent et aux personnes avec lesquelles ils interagissent. Leur « ami » ou « abonné » n’est peut-être pas celui qu’ils croient !

YouTube :

Liens de recherche :

http://www.bbc.com/news/business-36854285

https://www.cioinsight.com/security/slideshows/cyber-criminals-found-a-home-on-social-media-sites.html

https://www.isaca.org/chapters5/Cincinnati/Events/Documents/Past%20Presentations/2015/Social%20Media%20as%20Vector%20for%20Cyber%20Crime.pdf